Sécurité routière à Maurice: la fréquence des accidents est alarmante

Par Shalini Runnoo, Rachel Salomon, Chandini Boijoonauth et Shreshta Kanhye.

Tous les jours c’est le même refrain auquel on a droit dans les actualités à Maurice. Les accidents s’enchaînent et le nombre de victimes devient de plus en plus alarmant. Beaucoup s’interrogent sur les causes de ces accidents et les moyens d’y remédier car la fréquence d’accidents inquiète la population.

tb2

De 2010 à 2014, le pourcentage du nombre d’accidents par rapport au nombre de véhicules enregistrés sur nos routes est relativement stable, soit environ 5-6 %. Cependant en 2015 (janvier – juin ) il y a eu une chute considérable (-3 %) du taux d’accidents.

En outre, le nombre de véhicules enregistrés sur nos routes ne cesse de croître, comme l’indique le tableau ci-dessous.

table 3

De plus le nombre de victimes a aussi vu une baisse graduelle de 2010 à 2015 (janvier-juin)

Screen Shot 2016-03-04 at 2.29.39 PM

À noter que les statistiques de 2015 sont  de janvier à juin.

Selon les données de Statistics Mauritius ci- dessus, les chiffres démontrent une baisse de la mortalité routière de 2010 à 2015 (janvier – juin). De plus, les autres indicateurs montrent aussi qu’il y a moins de personnes grièvement blessées et il en va de même pour ceux qui ont été légèrement blessés au cours des accidents.

L’introduction du permis à points en 2013 et d’autres mesures draconiennes pourraient expliquer cette baisse relative. L’installation des radars et l’obligation pour les motocyclistes de porter des gilets fluorescents forment partie de ces dispositifs.
Screen Shot 2016-03-04 at 2.40.10 PM
Cette carte a été générée par un blogueur avec la collaboration des internautes.

En outre, la présence du Traffic Enforcement Squad sur nos routes a contribué à cette réduction en surveillant de près les infractions. A noter que les sanctions varient en fonction de la gravité du délit.

Toutefois malgré cette baisse, la fréquence des accidents sur nos routes est inquiétante. Plusieurs facteurs pourraient expliquer cela. Notamment :

  • la conduite en état d’ébriété
  • la vitesse excessive sur les routes
  • la distraction au volant
  • des lois moins sévères
  • des infrastructures défavorables
  • un manque de dispositifs de sécurité sur les véhicules
  • la défaillance de l’entretien des véhicules

D’ailleurs le site lexpress.mu nous le prouve en images. L’image ci-dessous illustre l’accident de Sorèze publié par L’express en mai 2013. Le chauffeur d’autobus de la CNT avait alors perdu le contrôle du véhicule en raison de freins défectueux. Le bilan: 10 morts et 45 blessés.

Screen Shot 2016-03-04 at 3.02.28 PM

Les deux accidents illustrés dans les images ci-dessous, ont eu lieu à Piton. Un manque de vigilance du chauffeur qui se serait endormi au volant serait la cause du premier accident; il a fait une victime de 34 ans. Un manque de visibilité pendant la nuit explique l’autre accident qui a causé 3 morts.

piton (2)DSC_0029DSC_0033

 

 

 

 

Photos de Shalini Runnoo

Celui-ci est un grave accident qui s’est produit entre un autobus de la CNT et un 4X4 le 21 décembre 2015 à la hauteur de Beaux Songes. L’insouciance du chauffeur d’autobus a coûté la vie à six jeunes. En voulant dépasser ces derniers, il a fait une sortie de route spectaculaire.

beau songe (2)

De plus, M.Pagooah, chauffeur de la compagnie NTC explique que la station d’autobus est un des lieux où les chauffeurs d’autobus et les piétons doivent être les plus vigilants. Beaucoup de personnes y ont perdu la vie.

À noter que d’après les données ci-dessous, les véhicules les plus impliqués dans des accidents de la route sont les voitures et les motocyclettes.

vehicules impliques (2)

Il est important de prendre en considération que toute personne possédant un véhicule doit impérativement faire passer à ce dernier des examens de fitness, soit un contrôle technique à la National Transport Authority dépendant  de leur temps d’usage. Cela afin de s’assurer que les véhicules conviennent à la sécurité routière.

« Maurice cumule 13 ans de retard en matière de sécurité routière face aux pays européens

Cependant, cette baisse relative dans le nombre d’accidents n’est pas pour autant rassurante car elle ne représente pas une amélioration majeure comparée à ces cinq dernières années. Au contraire, « Maurice cumule 13 ans de retard en matière de sécurité routière face aux pays européens», selon les dires de Daniel Raymond, Conseiller au Ministère des Infrastructures Publiques et du Transport en Commun, dans son interview avec L’Express. D’ailleurs, il souligne que selon un rapport de la Banque Mondiale, la situation à Maurice est déplorable. Ainsi il met en avant l’absence d’une volonté politique, une faiblesse dans la gestion, un manque de coordination entre les services et les partenaires du secteur privé, le manque de réflexion sur le volet économique et aussi le mauvais état du réseau routier.

De plus, il semble que le nombre de contraventions pour excès de vitesse et conduite sous l’emprise de l’alcool a explosé en 2015. Le système est toujours « fragile » d’après M. Raymond. «On doit rechercher l’adhésion et l’implication de tous les Mauriciens. Donner son accord, c’est accepter de reconnaître sa responsabilité, c’est accepter de changer sur la vitesse, l’alcool, le non-respect des règles… » ajoute-t-il.

Cet article du défimedia.info paru le 29 décembre 2015, soutient effectivement qu’il y aurait une hausse considérable dans le nombre de contraventions pour les excès de vitesse et la conduite en état d’ébriété.

contraventions 1er (2)contraventions 1 (4)

 

Comment renforcer notre système de sécurité routière ?

Le Ministre des Infrastructures et du Transport en Commun, Nando Bodha prône un durcissement des lois avec pour politique « zéro tolérance » car, comme le fait comprendre le Vice-Premier Ministre,  Xavier Luc Duval, « Les routes ont fait trop de victimes». Donc, de nouvelles infrastructures  seront mises en place pour des routes plus sûres. Aussi, plus de policiers seront affectés pour un meilleur contrôle de la circulation et  des « speed cameras » seront repositionnées afin de décourager les infractions. Néanmoins, certaines mesures pourraient être considérées à nouveau comme la réintroduction du permis à points qui a fait ses preuves en 2013. De plus, tout comme le Traffic Enforcement Squad, on peut également s’inspirer des méthodes européennes.

Aux États Unis, la compagnie Volvo projette d’aménager ses véhicules d’équipements d’assistance à la conduite qui corrigent les fautes humaines, à savoir le freinage automatique, la régulation automatique de la vitesse selon la distance avec les autres véhicules, la détection de la fatigue du conducteur ou de son état ébriété. Des initiatives qui ont pour but de réduire à néant le nombre d’accidents et de victimes sur nos routes.

Advertisements