Selfie, le phénomène “Only Me”: quelles conséquences ?

Sujet traité par Hemy Bapamah, Shelly Carpayen, Dooshika Conhoyea, Girija Gungabissoon, Julie Soucient et Joanna Uppiah

Le selfie

 En 2013, le selfie a été élu mot de l’année par le dictionnaire anglais Oxford qui l’a défini comme “ une photographie prise de soi-même, en général avec un smartphone ou une webcam et téléchargée sur les réseaux sociaux”.

 Mais qui a créé le selfie ?

 Le selfie, cette pratique de se prendre en photo, est désormais très répandu. Les nouvelles fonctions dont disposent les appareils photos sur nos téléphones portables ont contribué à la propagation de ces clichés au quotidien. Mais ce phénomène est-il vraiment nouveau ?

Et bien non, le selfie n’est pas nouveau. Cette pratique est survenue au même moment que la photographie. En effet le premier selfie de l’histoire date de 1839. Il est l’œuvre de l’Américain Robert Cornelius, un chimiste passionné par la photographie. Selon la Bibliothèque du Congrès des États-Unis, cette photo serait non seulement le premier selfie mais serait également la première photographie d’un être humain.

DrGi1H9

Le premier selfie pris par l’Américain Robert Cornelius

Le selfie au 21ème siècle

Aujourd’hui le virus du selfie nous a presque tous contaminés, que ce soit dans l’élite politique, dans le showbiz ou dans l’espace. Les selfies n’apparaissent pas comme un moyen de garder, pour soi, une trace d’un instant pour une archive personnelle, mais bel et bien un moyen de capturer une image de nous en un instant pour ensuite la partager. Ce graphique illustre les lieux où les « selfies » sont le plus capturés.

chart 1 mauve

le site “stylecaster.com” démontre les lieux ou les selfies sont les plus pris

Ce qui est bien avec les selfies, c’est qu’ils n’ont pas besoin d’être en accord avec la réalité de la vie quotidienne. Le selfie est un moyen de partager un moment ou un événement. Nous trouvons même des astuces en ligne sur Google pour prendre de meilleurs selfies. De nos jours, les gens communiquent à travers les photos, surtout avec l’apparition des réseaux sociaux et les selfies sont le moyen moderne de communication.

Les mots “selfie” et “narcissisme” sont souvent reliés, et des études ont établi que certaines photos postées sur les réseaux sociaux, comme celles d’amis s’amusant lors d’une soirée, peuvent aggraver le sentiment de solitude chez celui ou celle qui les regarde.

astuce 1

les 10 astuces pour prendre de meilleurs selfies du site “ztele.com”

astuce 2astuce 3

astuce 4

ztele.com n’est pas l’unique site qui nous propose des articles sur l’art de prendre un selfie. On retrouve des articles similaires sur la page web du cosmopolitan et l’improve photography

En réalité, qu’est-ce qui se cache derrière ces poses ? Mettraient-elles en avant notre coté séducteur, sensible, ou créatif ? Les personnes postent des jolies selfies avec des apps qui leur permettent de devenir des artistes mais ils ne prennent pas en considération le lieu ou les vêtements qu’ils portent. Après plusieurs années, ces selfies peuvent devenir embarrassants, gênants, militants ou carrément polémiques. Selon l’Université de l’Ohio, trop de selfies révélerait aussi des tendances psychopathes.

Mais il y a aussi le movement #nomake par les célébrités tels que Demi Lovato, Beyonce ou encore Cameron Diaz pour sensibiliser les jeunes femmes à s’aimer telles qu’elles sont.

La perche à selfie est l’objet du moment. C’est le summum du narcissisme et cela représente un aspect un peu inquiétant de notre civilisation. Pourquoi vouloir conserver un souvenir de son apparence uniquement? Est-ce le genre de photos que l’on regarde avec autant d’émotion que celles qui nous rappellent de bonnes vacances ou une fête ? Le problème c’est que beaucoup de personnes en usent et abusent. Et maintenant, même les singes se prennent des selfies !

Selfie et carrière: une mauvaise combinaison

Les trois réseaux sociaux les plus consultés par les recruteurs sont LinkedIn (87%), Facebook (55%) et Twitter (47%).

D’autres réseaux sociaux peuvent être Instagram et Pinterest. Le graphique ci-dessous, montre les derniers chiffres de Pinterest en 2015 et illustre le pourcentage de selfies publiés ou partagés sur les différentes plateformes.

chart 2

Les plateformes où les “selfies” sont le plus partagés Statistiques de 2015 par Pinterest.com

 Pour les recruteurs, les selfies sont souvent une raison valable de ne pas inviter un candidat à un entretien. Les selfies donnent vraisemblablement une impression d’égocentrisme aux yeux de l’employeur potentiel. Les candidats feraient mieux de ne publier aucune photo sur internet qui puisse jouer en leur défaveur car, il y a un risque que les employeurs rejettent leurs candidatures sur la base de photos préalablement consultées.

chart 3Volume de selfies pris par jour. Statistiques pour l’année 2015 par Pinterest.com

Une photo ivre, à la fête de son meilleur ami n’est pas la photo la plus appropriée à choisir pour son profil car cela peut réduire à néant les chances de trouver un emploi. Il faut essayer de trouver un juste milieu qui inspirera confiance aux recruteurs. Le lieu et la posture choisis pour prendre des selfies sont donc essentiels car l’on peut tomber sur un patron qui consulte les réseaux sociaux lors du processus de sélection.

Tout comme plusieurs individus cherchent les meilleures offres d’emploi en se renseignant sur les entreprises qui correspondent à leurs aspirations professionnelles et personnelles, il ne faut pas oublier que les recruteurs font de même et que quelques détails peuvent parfois faire toute la différence.

Les recruteurs cherchent à obtenir le maximum de renseignements sur les candidats, en allant au-delà des informations maîtrisées, envoyées par le biais des dossiers de candidature. Ce qui les intéresse, c’est le non-dit, ce que l’on ne veut pas dire de soi et qui puisse nuire à la réputation de l’entreprise si l’on venait à l’intégrer.

Les informations accessibles sur les profils Facebook ou Instagram et surtout les photos sont des éléments qui peuvent attirer la sympathie du recruteur, ou tout le contraire, et anéantir les chances d’être recruté sur le poste que l’on convoitait pourtant avec beaucoup d’espoir et d’ambition.

Une chose est sûre, les selfies haut-perché font désormais l’objet d’une catégorie à part. L’idée est de grimper le plus haut possible pour avoir une vue spectaculaire et de se tirer le portrait pour prouver qu’on y était. Chercher le parfait cliché est souvent à risques et les selfies peuvent mettre en danger de mort.

Les cas de décès causés par le selfie depuis 2014 à l’échelle mondiale

chart 4

Les pays avec le plus de décès liés au selfie. 49 décès ont été causés par les selfies depuis 2014. 40 % d’entre eux a eu lieu en Inde

Ce n’est pas une blague. Selon les calculs de Mashable*, les selfies ont fait plus de morts depuis le début de l’année 2015 que les attaques de requins. Au total, 12 personnes ont perdu la vie smartphone à la main, contre 8 dans les mâchoires d’un squale en 2015.

Le dernier décès en date remonte au 18 septembre 2015. Comme le raconte la BBC, une touriste japonaise est morte en tombant dans les escaliers du Taj Mahal en Inde. Comme cette femme, un tiers des victimes de selfie sont mortes après une chute. Les trains sont la deuxième cause de ces décès.

Face à ce danger, de nombreux lieux touristiques appellent leurs visiteurs à la prudence. En juillet 2015, le ministère de l’Intérieur russe a même publié une brochure sur les dangers de ces clichés. “Avant de prendre un selfie, il faut se rappeler que la course aux ‘likes’ peut vous conduire à la mort et que cette photo sera peut-être posthume”, expliquait à l’époque une fonctionnaire du ministère à Al-Jazeera. Vous voilà prévenus!

chart 5

Causes fréquentes de décès par le « selfie » depuis 2014 à l’échelle mondiale

Le samedi 20 février 2016, un jeune dauphin est mort sur une plage argentine après avoir été secoué brutalement par une foule de touristes. Cette histoire, qui en a ému plus d’un, avait de quoi faire froid dans le dos. La rumeur et des photos à l’appui, indiquait qu’un dauphin serait mort car il est resté trop longtemps hors de l’eau. Les coupables? Des touristes avides de se prendre en selfie avec l’animal.

Quant aux adeptes maurciennes Kelly et Farheen, si elles ont recours aux selfies fréquemment, elles affirment ne pas en abuser.